Sommaire

On compte de nombreuses solutions d'internet haut débit :

La fibre optique est l'une des solutions les plus performantes, mais aussi l'une des plus coûteuse au niveau de son déploiement. Cependant, les prix proposés par les fournisseurs d'accès internet sont proches de ceux de l'ADSL, il s'agit donc surtout de savoir si vous êtes en zone éligible à la fibre optique.

Qu'est-ce que la fibre optique ?

La fibre optique permet de transmettre des informations sur les réseaux informatiques.

Données techniques

La fibre optique consiste en un câble contenant un fil en verre ou en plastique capable de conduire la lumière. La lumière est alors transportée dans le réseau et est interprétée lors de sa réception.

Ce type de câble est naturellement incessible aux perturbations électriques extérieures et donc aux interférences électromagnétiques.

Performances

La fibre optique permet d'obtenir un débit jusqu'à 4 fois plus rapide que l'ADSL : jusqu'à 200 Mbit/s en réception. Il est par exemple possible de partager des fichiers multimédias jusqu'à 100 fois plus rapidement qu'avec une connexion ADSL classique.

Ce qui est également intéressant au niveau de l'internet haut débit, c'est que la fibre optique peut se propager sur de très longues distances. Elle offre ainsi un débit stable jusqu'à une distance de 10 km du central téléphonique.

Lire l'article Ooreka

Avantages de la fibre optique

  • La fibre optique offre un débit exceptionnel : jusqu'à 200 Mbps en réception.
  • Cette technologie permet de propager des informations sur de longues distances : jusqu'à 10 km du central téléphonique avec un débit optimal.
  • Une sécurité de réseau accrue.
  • Une connexion stable, sans perte de paquets de données :
    • l'effet d'images figées pour la télévision est atténué ;
    • le phénomène d'écho lors des appels téléphoniques est diminué.
  • La fibre optique est une technologie évolutive : elle peut facilement s'adapter aux besoins et développements techniques futurs.

Fibre optique : inconvénients

Le déploiement de la fibre optique a un coût important. Le coût de son déploiement sur l'ensemble du territoire français est estimé entre 15 et 25 millions d'euros. Son déploiement n'est donc rentable que dans les zones ayant une forte densité de population.

Le Gouvernement s'est fixé comme objectifs le « bon débit » (8 Mb/s) pour tous les Français d'ici la fin 2020, et le très haut débit (30 Mb/s) d'ici à 2022.

La loi Macron n° 2015-990 du 6 août 2015 est venue créer les « zones fibrées » et étendre l'obligation de fibrage (articles L. 111-5-1-1L. 111-5-1-2 et R. 111-14 du Code de la construction et de l'habitation). Elle concerne les immeubles professionnels et les habitations collectives (pour chaque logement), mais aussi les maisons individuelles et les bâtiments qui ne possèdent qu'un seul local à usage professionnel, ayant fait l'objet d'une demande de permis de construire à compter du 1er octobre 2016 (décret n° 2016-1182 du 30 août 2016). Le décret n° 2017-832 du 5 mai 2017 précise toutefois que cette obligation ne s'applique que lorsque le coût d'installation de la fibre ne dépasse pas 5 % de celui des travaux.

Par ailleurs, dans le cadre d'une copropriété, la loi n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 pour une République numérique a précisé à l'article 24-2 de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965 relative à la copropriété que le syndicat des copropriétaires ne pouvait s'opposer sans motif sérieux à une demande de raccordement et à l'installation de la fibre optique dans les parties communes de l'immeuble, de manière à permettre la desserte de chacun des logements (sous réserve que l'immeuble dispose des infrastructures d'accueil adaptées).

La loi Élan n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 a mis en place plusieurs mesures afin d'accélérer le déploiement du très haut débit en France :

  • concernant le mobile, le délai entre le dépôt du dossier d'information auprès du maire et la demande d'autorisation d'urbanisme pour construire une installation radioéléctrique a été divisé par deux, basculant à 12 mois ;
  • concernant le fixe, la loi impose désormais aux copropriété de choisir, dans un délai de 12 mois après réception d'une offre de raccordement, un opérateur pour fibrer leur immeuble (article 24-2 de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965) ;
  • en cas d'engagements non tenus, une sanction pécuniaire dont le montant est proportionné à la gravité du manquement apprécié pourra être exigée par l'ARCEP (article L. 36-11 du Code des postes et des communications électroniques).

Aussi dans la rubrique :

Types de connexions

Sommaire